Actualités

Projet 2D Corruption : La lutte contre la corruption améliore ses approches grâce au 11ème FED

144views

La lutte contre la corruption est désormais menée autrement au Bénin grâce aux appuis à la Société civile sur le 11èmeFonds européen de développement (FED). Dans le cadre de la journée des Organisations de la Société Civile au Bénin, 20 octobre, nous avons eu le témoignage de Gervais Loko, Coordonnateur du projet 2D Corruption, un des projets mis en œuvre dans le cadre du Programme RePaSOC, Renforcement et Participation de la Société civile.

20 octobre. Cette journée des Organisations de la Société Civile (OSC) au Bénin permet  de faire la lumière sur ce qu’est la société civile, ce qu’elle fait et ses résultats, d’une part, et de débattre de ses difficultés et des approches de solutions pour qu’elle joue pleinement son rôle, d’autre part. Sur le second volet, Gervais Loko défend que l’accompagnement financier du  Fonds européen de développement est un important appui à la Société civile au Bénin. Il le dit au regard des résultats du projet qu’il coordonne. Il s’agit du projet de renforcement des capacités des OSC pour la détection et la dénonciation de la corruption (2D Corruption) initié par l’ONG ALCRER et exécuté en association avec le FONAC. C’est avec l’appui technique et financier du programme « Renforcement et Participation de la Société Civile » (RePaSOC).

En effet, l’Etat béninois ayant fait de la lutte contre la corruption, un pilier de sa gouvernance, cet accompagnement du  FED a permis de changer le visage de cette lutte contre la corruption au Bénin, à en croire le coordonnateur. « Avec ce financement, nous avons vraiment renforcé nos capacités, y compris d’autres acteurs du secteur pour que désormais la lutte contre la corruption soit menée de façon professionnelle au Bénin », témoigne-t-il. « Il nous a permis d’être leaders en matière de lutte contre la corruption au sein de la société civile ; on n’intervient plus comme on le faisait par le passé ; désormais nous avons une meilleure connaissance du phénomène et il y a une démarche rationnelle qui guide nos interventions », ajoute-t-il. Il se réjouit de ce que ALCRER a aujourd’hui plus d’expertise dans ce domaine grâce à ce projet qui complète l’appui fourni par la coopération néerlandaise. « Cette expertise est de plus en plus reconnue. Aujourd’hui nous travaillons sur le rapport parallèle de la Société civile dans le cadre de l’application de la Convention des Nations-Unies sur la corruption. Nous le faisons avec Social Watch Bénin », informe-t-il.

Selon ses propos, leurs interventions contre la corruption ne se limitent plus à la dénonciation publique. Elles vont  désormais jusque devant la justice sous les conseils d’un collège de professionnels de droit. « Au jour d’aujourd’hui, nous avons déjà porté une quinzaine d’actions devant la justice pour des faits de corruption qui ont été dénoncés auprès de nous et sur lesquels nous avons fait des investigations. La plupart de ces actions sont en cours. Nous espérons que la justice sera dite », confie le coordonnateur du 2D Corruption.

Rappelons que ce programme s’exécute sous la coordination de l’Unité technique d’appui à l’Ordonnateur national du FED, UT-FED.

Laissez un commentaire