Coopération

Partenariat UE-Etats d’Afrique : Les priorités de l’Accord Post-Cotonou.

Attribution - Non Commericial - No Derivs Creative Commons © European Union 2013 - European Parliament ---------------------------------------- Pietro Naj-Oleari: European Parliament, Information General Directoratem, Web Communication Unit, Picture Editor. Phone: +32479721559/+32.2.28 40 633 E-mail: pietro.naj-oleari@europarl.europa.eu
135views

L’actuel cadre juridique du partenariat entre l’Union européenne et les États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique arrive à terme dans quelques mois. Signé en 2000 pour une période de vingt ans, l’accord de Cotonou, dont l’échéance était fixée au 29 février 2020 a été entre temps prorogée jusqu’au 30 novembre 2021. Le nouvel accord, accord post-Cotonou est orienté vers six domaines prioritaires :

• Droits de l’homme, démocratie et gouvernance au sein de sociétés axées sur les personnes et fondées sur les droits
• Paix et sécurité
• Développement humain et social
• Durabilité environnementale et changement climatique
• Croissance et développement économiques inclusifs et durables
• Migration et mobilité

Il existe également des priorités régionales spécifiques qui sont détaillées ci-dessous.
L’Afrique, qui traverse une période de changements importants, avec de nouvelles perspectives économiques, et dont la population est la plus jeune au monde, est confrontée à un certain nombre de défis, dont des pressions climatiques croissantes, tant naturelles qu’anthropiques. Dans ce contexte, les principales questions à traiter dans le cadre du protocole Afrique-UE dans les années à venir sont les suivantes :

• la croissance et le développement économiques inclusifs et durables, en accordant une attention particulière à l’amélioration du capital humain et des compétences, au climat d’investissement, à la propriété intellectuelle, à l’économie bleue, aux industries extractives et à la transformation des ressources minières;
• le développement humain et social, mettant désormais davantage l’accent sur la lutte contre les inégalités et sur la cohésion sociale, et soulignant la nécessité de garantir un travail décent. La poursuite de la promotion des droits des femmes et des enfants, des valeurs et des connaissances culturelles, ainsi que l’aide aux personnes handicapées, figurent également parmi les priorités ;
• l’environnement, la gestion des ressources naturelles et le changement climatique, en mettant l’accent sur l’amélioration de la gestion des terres, le maintien et la restauration de la biodiversité et des écosystèmes, l’amélioration de la gouvernance des océans ainsi que l’économie circulaire;
• la paix et la sécurité, qui constituent une question centrale pour garantir la réalisation d’autres priorités mutuelles. La coopération régionale et multilatérale est au cœur du partenariat dans ce domaine, avec des engagements pris pour ce qui est d’œuvrer ensemble à la résolution pacifique des conflits et de lutter contre la criminalité organisée, le terrorisme, l’extrémisme violent et la menace croissante que représente la cybercriminalité;
• les droits de l’homme, la démocratie et la gouvernance, en particulier l’égalité entre les hommes et les femmes, l’état de droit, la justice et la gouvernance financière;
• la migration et la mobilité constituent une question essentielle, revêtant davantage d’importance que par le passé. Notre approche équilibrée, globale et cohérente tient compte de la migration légale et de la mobilité, de la diaspora et des envois de fonds, mais aussi de la nécessité de lutter contre la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains conformément au droit international, y compris au droit international relatif aux droits de l’homme.
Source : site officiel de l’UE

Laissez un commentaire