Coopération

13 novembre 2019 : Le Bénin et l’UE signaient trois conventions de 30,6 milliards de FCFA

67views

Il y a un an, le Ministre de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni et le Chef de la délégation de l’Union européenne d’alors au Bénin, Oliver Nette, apposaient à Cotonou, leur signature sur les documents de trois conventions de financement dans le cadre de la coopération entre le Bénin et l’Union européenne. Il s’agit des conventions pour la deuxième phase du programme « Promouvoir l’économie verte au Bénin » (Prever 2), le Programme pour la compétitivité en Afrique de l’Ouest (Wacomp) et le programme « Consolidation de la paix au Bénin à travers la prévention de l’extrémisme violent ». Le tout pour une enveloppe financière de 30,6 milliards de francs CFA sur le 11ème Fonds européen de développement (FED). C’est pour respectivement « booster la compétitivité de l’économie », promouvoir « l’accès des populations à l’énergie » et « prévenir le terrorisme et l’extrémisme violent au Bénin ».

Spécifiquement, 36 millions d’euros soit 23,4 milliards F Cfa de ce fonds sont destinés au programme Prever 2 dans le but d’une transformation structurelle des principales chaînes de valeur et l’amélioration de l’accès aux marchés régionaux et internationaux dans le secteur de l’énergie. « Prever 2 est axé sur la promotion de l’énergie pour des usages productifs générant des revenus et (…) sur l’accès pour les femmes, à la fois comme consommateurs vulnérables et entrepreneurs ». Quant à la deuxième convention, elle vise à améliorer de façon durable selon une approche chaîne de valeurs, la compétitivité et l’intégration commerciale des entreprises et des différents acteurs bénéficiaires intervenant sur des filières à haute valeur ajoutée. C’est 5 millions d’Euros pour deux filières à savoir le soja et les TIC sur lesquelles le Bénin a porté son choix dans le cadre de ce programme. En ce qui concerne le troisième programme, « Consolidation de la paix au Bénin à travers la prévention de l’extrémisme violent », c’est notamment pour la culture du dialogue, l’éducation à la citoyenneté et la prévention des actes terroristes dans trois zones pilotes à savoir Nikki-Pèrèrè, Malanville-Ségbana et Djougou-Bassila.

Laissez un commentaire